Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

D’après l’Essor Savoyard (voir dans la rubrique « Presse » : « le septicisme s’invite dans le camp Rigaut »), Mr Rigaud se sentirait « en position de force » car « si ça capote à cause des recours, ce seront les opposants qui auront gaspillé l’argent public des études ».

Alibi grotesque. La démarche de Mr Rigaud a été de proposer au vote des conseillers d’agglomération une construction illégale, d’avancer ensuite à marche forcée en engageant les fonds publics et sans chercher et même pourrait-on dire, en évitant soigneusement, de vérifier la faisabilité juridique.

Dès 2014, si l’avant-projet avait été conduit de manière professionnelle, il aurait dû inclure une validation sérieuse de cette faisabilité juridique. A l’évidence, les éléments légaux présentés alors n’émanaient pas de juristes spécialisés sur ces aspects « Loi Littoral ». Il s’agit là d’une première faute. Elle était « rattrapable » au vu des premières décisions de justice … que Mrs Rigaud et Accoyer ont ignorés. C’est une deuxième faute. Ils ont ensuite persisté dans la non recherche de cette validité juridique en essayant plutôt d’organiser à posteriori dans le PLU d’Annecy-le-Vieux d’abord, dans le SCOT ensuite, des orientations sur lesquelles ils pensaient s’appuyer pour contourner la loi Littoral. C’est une troisième faute. Comment ont-ils pu imaginer qu’un SCOT ou qu’un PLU aurait le pas sur la loi ? C’est une quatrième faute. Cette voie vient d’être complètement fermée par une décision toute récente du Conseil d’état. C’est la loi qui prime, toute la loi, rien que la loi.

Avancer l’argument des couts déjà engagés à ce jour pour justifier l’édification d’une construction illégale est une approche extravagante.

Depuis 2015, Mrs Rigaud et Accoyer ont été, prévenus à de nombreuses reprises, y compris par la justice, des contraintes de constructibilité pesant sur la presqu’ile. Ils n’en ont tenu aucun compte. Ils auront l’entière responsabilité des pertes financières qui résulteront de leur démarche erratique.

Pour accéder aux commentaires, appuyer sur la touche fonction "F5".

Commenter cet article